Post image for Mayara Petruso ou le racisme en 140 caractères sur Twitter

Mayara Petruso ou le racisme en 140 caractères sur Twitter

by twitterman on 5 novembre 2010

Twitter Racisme

Une brésilienne du nom de Mayara Petruso a utilisé twitter pour propager des propos racistes à propos du nord est brésilien.Le nord est brésilien est une région pauvre peuplée en majorité par des personnes de couleur noire.

Mayara Petruso leur « reprochait » d’avoir voté pour Dilma Rousseff, la première femme présidente au Brésil, et se laisse aller à des propos racistes d’une rare violence avec même un tweet incitant au meutre :

Nordestisto não é gente, faça um favor a Sp, mate um nordestino afogado!

mayara petruso Mayara Petruso ou le racisme en 140 caractères sur Twitter

Ce tweet que l’on peut traduire par une insulte envers les habitants du nord-est bresilien et un appel à les tuer.

La région du nord-est a donné une avance confortable à Dilma roussef mais qui n’a pas pu étre décisive pour le résultat final.

Une association brésilienne a déposé plainte contre Mayara Petruso pour racisme auprès du tribunal de Sao Paulo.Mayara était encore récemment stagiaire dans un cabinet d’avocat.

Est il permis d’être raciste sur Twitter ?

La réponse est évidemment non, et il faut veiller à ce que Twitter ne devienne pas une zone de non droit.Twitter n’est pas et ne sera pas un espace de discussion privée comme pourrait l’être un salon d’appartement ou une table de café.

Pour réponses à ses tweets racistes relayés aussi sur son profil Facebook, Mayara Petruso risque une peine de prison de 2 à 5 ans et cela lui permettra de méditer ses propos racistes qui ne doivent pas rester sans réponses.

mayara petruso Mayara Petruso ou le racisme en 140 caractères sur Twitter

Et en France ? Comment cela se passe t il ?

Certains se font traiter de bougnoule

bougnoule1 Mayara Petruso ou le racisme en 140 caractères sur Twitter

noir racisme Mayara Petruso ou le racisme en 140 caractères sur Twitter

Ce n’est pas reluisant, même hors contexte ces tweets sont choquants et ne devraient pas exister.Certains tweets sous couvert de franche rigolade franchissent les limites, d’autres sont clairement racistes et assumés mais tous sont punissable à notre sens juridiquement parlant.

Et vous qu’en pensez vous ? Twitter (ou Facebook) facilite t il le racisme sous couvert d’anonymat 2.0 ?

{ 8 comments… read them below or add one }

1 Brasileira 11.05.10 at 14 h 55 min

« .Le nord est brésilien est une région pauvre peuplée en majorité par des personnes de couleur noire. » ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
Non, vos avez tort, le Nordeste brésilien n’est pas à majorité de population à la peau noire, à part l’Etat de Bahia. Le problème de Mayara n’est pas le racisme (rien à voir avec le concept français), c’est la pauvreté intérieure de cette belle région ensoleillée du Brésil qui lui donne la rage. Je suis moi-même brésilienne du sud et je connais très bien les régions du Nordeste pour y avoir beaucoup voyagé. La population est très hétéroclité, beaucoup de peaux mates basanés et de beaux yeux verts émeraude. Apparemment vous n’avez pas voyagé au Nordeste brésilien pour sortir une bêtise, de la même façon que la pauvre idiote étudiante de Sao Paulo. Celle-là est foutue dans sa carrière en droit à Sao Paulo et au Brésil, marquée au fer rouge à vie par l’Organisation des Avocats Brésiliens.

2 twitterman 11.05.10 at 15 h 32 min

@Brasileira – merci pour cette correction mais je reprenais l’information sur un site brésilien mais je n’ai aucune connaissance géographique du Brésil .Et ils ont bien eu raison de l’attaquer, mon billet vous l’aurez compris est un billet qui dénonce cette jeune personne raciste.

3 Brasileira 11.05.10 at 21 h 47 min

@twitterman – Je redit, ce n’est pas du racisme selon le concept européen. A Sao Paulo il y a beaucoup de préjugés et discrimination contre les gens migrants du Nordeste brésilien venus à Sao Paulo pour le fait que la plupart est pauvre et sans études, les femmes ayant beaucoup d’enfants, comme la mère de LULA, du Pernambouc. LULA est d’origine portugaise directe, par ex. La discrimination des gens au Brésil est surtout par le compte en banque, ça n’a rien à voir avec la couleur de la peau, dans un pays où l’on trouve facilement des Blancs, des Noirs, des métis cabocles (portugais et indien), des mulâtres, des arabes et des asiatiques vivant dans le même immeuble ou quartier, selon leur pouvoir d’achat. Les gens de la ville de Sao Paulo (je ne dis pas de l’Etat de 40 millions d’habitants) sont des gens de majorité des enfants ou des descendants de pauvres immigrés italiens, allemands et polonais qui sont venus travailler et faire fortune dans une région propice au développement. Sao Paulo n’a pas beaucoup de soleil mas possède beaucoup de pluie toute l’année pour irriguer le sol et de bonnes terres pour l’agriculture, élevage d’animaux et un climat tempéré propice pour la grande industrie lourde, un pays à lui tout seul, plus riche que beaucoup de pays de l’union européenne, plus riche que toute l’Argentine. Tout ça allié à l’héritage européen déjà développé il y a 100 ans lorsque Sao Paulo était encore une petite ville soporifique à l’ombre de l’insouciante Rio de Janeiro. Les Noirs, contrairement à une idée reçue, sont une petite minorité au Brésil, de quelques petits millions dans 190 millions de Brésiliens, surtout dans l’Etat de Bahia, presque aussi grand que la France. Les peaux foncées des « noirs » au Brésil sont plus ou moins semblables au type de Barack Obama, ni Blanc, ni Noir, soit les deux, un « mulato », qui peut être mulato blanc ou mulato noir. Les gens de Sao Paulo ont cette fâcheuse tendance « discriminatoire » envers leurs frères du Nordeste, et ce n’est pas étonnant, ce sont « des italiens », avec le i minuscule. Les Italiens de Milan et du nord riche de l’Italie sont très discriminatoires (pas racistes) envers leurs concitoyens plus pauvres et à la peau plus mate, les Italiens du Sud. Pour se consoler de quelque chose de triste ou de mauvaise chance, il est coutume de se dire en Italie « qu’il y a toujours quelqu’un plus au sud que vous-même » ^^ Et pour faire taire les « paulistanos, inconsolables que leur candidat arrogant et corrompu n’a pas réussi devenir président du Brésil, on leur rappelle maintenant avec les calculs mathématiques, que DILMA aurait gagné de toute façon le second tour même sans les votes des électeurs des régions Nordeste et Nord. Qu’ils se consolent à Sao Paulo ville, Dilma est devenue future présidente pour tous les Brésiliens et non seulement pour les habitants de la fière Sao Paulo.

4 Marta 11.06.10 at 14 h 43 min

J’habite à Fortaleza, au nord-est du Brésil. La question n’est pas une question « raciste », heureusement nous n’avons pas de problèmes serieux à propos de ça. C’est une question sociale. La région du nordest du Brésil est frappé pour la secheresse depuis toujours et, à cause de ça, nous étions exporteurs d’une main d’oeuvre miserable et pas de tout cher. Les hommes et les femmes du nordest pour s’enfuir de la secheresse étaient partis pour le sud et le sudest, (comme a fait la famille du président Lula). Les nordestins ont construit la richesse de São Paulo. Ils ont travaillé dans des conditions sub-humaines avec de baisse remuneration dans les batiments, dans les usines, etc… Les choses ont changé un peu aujourd’hui, grâce à la politique du Lula, qui a crée une bourse pour mantenir les pauvres dans leurs villes, même pendant la secheresse. Cette bourse, apellée « bolsa-família » est donnée sous certaines conditions dont la principale c’est de la famille mantenir les enfants à l’école, elle vaux moins que le salaire minimum mais elle est sufisant pour que les gens restent sans faim dans leurs villes. Les gens du sud, surtout les gens de São Paulo sont contre cette politique qu’ils apellent « bolsa-esmola » ou « bourse-aumône ». Mais je pense que cette initiative du gouvernement c’est la première qui a vraiment fonctionné. Je vie au nordest et à ce moment-là nous sommes dans temps de la sécheresse et je n’ai vu aucun indigent vennu de la campagne en demandant aux feu-rouges, comme on voyait au passé. Dilma a promis de continuer cette politique qui les gens du sud et sud-est n’aiment pas…

5 Outra brasileira 11.07.10 at 0 h 09 min

@Brasileira – Je suis d’accord avec la précision sur la discrimination sociale dans ce cas spécifique, mais dire qu’au Brésil il n’y a pas de racisme…? Hahaha… Conversa pra boi dormir… Il existe et n’est pas moindre, souvent dissimulé sous la discrimination de classe, de niveau d’instruction, etc.

6 Marta 11.07.10 at 17 h 45 min

@Outra brasileira – Je n’ai pas nié le problème du racisme au Brésil, j’ai dit que ce problème n’est pas aussi sérieux au Brésil que dans d’autres pays. Au moment les questions sociales sont très plus grandes. Ceux qui sont discriminés dans ce cas-là sont les gens du nord-est. Et nous, les nordestins, nous sommes de toutes les couleurs. D’ailleurs, notre beauté est dans le mélange de races et suis fière de mon mélange.

7 Brasileira 11.07.10 at 22 h 53 min

Je confirme: les nordestins et les nordestines sont de toutes beautés mélangées, de toutes races et le jour que le Nordeste sera aussi riche ou presque aussi riche que le sud et le sud-est, il sera dix fois plus riche quand-même avec sa générosité, son climat des dieux, le soleil à l’année et l’incroyable hospitalité de ses gens. Sao Paulo pourra toujours être riche mais ils ne pourront jamais s’acheter le climat et le soleil comme ceux du nordeste, ni ils seront aussi hospitaliers et amicaux envers le « forasteiro » (celui qui vient de fora de la région, pas forcément de l’étranger), ni ils auront les mêmes qualités humaines des nordestins, des richesses qui n’ont pas de prix et qui ne s’achètent pas, qui ne se vendent pas. Le racisme à l’européenne n’existe pas, mais si, des sujets isolés qui sont racistes, si. C’est le contraire de l’Italie, la France, le Danemark, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Espagne et j’en passe. Je ne suis pas nordestine mais je rêve un jour d’y habiter, précisément une ville de charme comme Maceio. Comme j’ai dit, la discrimination des gens de l’Etat de Sao Paulo (surtout ceux de la capitale) envers les migrants nordestins chez eux est la même que les Milanais font aux Italiens du sud, bien pauvres et souvent basanés. Normal, à Milan il fait froid, il pleut beaucoup, pas de soleil comme dans le sud, pauvre et heureux.

8 faivre bruno 06.03.12 at 16 h 34 min

Je suis français, vie dans le Nordeste depuis lgt, le plus grand problème de tout ses gens, se n’est pas un racisme de race, tous sont Brésilien. Les origines différente, climat, nécessite, priorité font qu’il ne sont pas sur la même longueur d’onde et sa ont ne pourra pas leur changer. En tout cas, moi le sud je leur laisse.

Laisser un Commentaire

You can use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Previous post:

Next post: