twitoaster france conversations twitter

Twitoaster, Rare Cru Twitter Made In France

by Xavier Vespa on 12 février 2010

Avez-vous remarqué la lenteur d’arrivée en France de Twitter? Les stars l’ignorent, les entreprises créent des comptes et les laissent à l’abandon, et les journalistes jouent les singes savants avec.

Cependant, un groupe de développeurs français ne se laissent pas décourager par la mollesse flagrante de leurs compatriotes. Armés de quelques langages informatiques, d’un serveur, et d’une clé API pour accéder aux bases de données de Twitter, ces pros du développement conçoivent et réalisent des nouveaux outils qui viennent alimenter la richesse de l’écosystème Twitter.

La semaine dernière, je me suis entretenu avec Arnaud Meunier, créateur de Twitoaster, l’application qui tracke et analyse vos discussions sur Twitter.

Twitoaster a eu son premier coup de buzz sur ReadWriteWeb en Mai 2009: L’appli française fut la première à proposer un système qui repatche automatiquement les conversations Twitter sur un même fil de discussion. Twitoaster offre également des statistiques sur vos conversations, ainsi qu’une catégorisation par intérêts, pays et langue. Depuis peu, vous pouvez aussi embed partout sur le Web les discussions trackées sur Twitoaster .

Malgré son origine française, Twitoaster a connu un buzz largement plus généralisé aux Etats-Unis. Durant l’été 2009, le journaliste David Pogue a écrit sur le blog tech du NYT à quel point l’application Twitoaster lui a apporté une maitrise inégalée sur la gestion des @replies lui étant destinés. Twitoaster a su gagné en buzz à un moment où Quotably, une application similaire, fermait justement ses portes.

Le service est aussi fortement apprécié par l’équipe de développement Twitter, qui a accordé à Arnaud Meunier en Décembre 2009 un compte d’accès au firehose Twitter, celui-là même pour lequel Google et Microsoft payaient quelques millions au même moment pour y accéder.

À part le nom de son créateur, rien n’indique que Twitoaster est d’origine française: Le site est en anglais, a su attiré un public américain, et bénéficie même de privilèges d’accès. Comment Arnaud Meunier se positionne-t-il alors dans l’univers du développement français?

La première observation d’un développeur Twitter en France, c’est que les serveurs Twitter sont loin! Les temps de latence entre le France et les Etats-Unis ralentissent énormément les échanges avec la base de données Twitter, et donc la rapidité des opérations.

La deuxième, c’est que pour participer à une conférence intéressante sur Twitter et sa plateforme, il faut se rendre à l’étranger, surtout aux Etats-Unis. Le créateur de Twitoaster a déjà réservé sa place pour Chirp, la première conférence organisée par Twitter .

La troisième, c’est qu’il n’est pas très conseillé pour le développeur d’une application Twitter de cibler des utilisateurs purement franco-français, car le faible taux d’adoption de Twitter en France fait qu’une telle application ne décollera jamais assez pour devenir profitable.

Avec Arnaud, nous nous sommes pas mal creusés la tête dans le but d’identifier la raison pour laquelle Twitter tarde à venir en France. Ce qui est un fait, c’est que Twitter a connu une forte croissance aux Etats-Unis lorsque les célébrités ont commencé à publier des tweets. Certaines célébrités se sont même appuyées sur Twitter pour orchestrer leur come-back (ex: Shaq, MCHammer). Cependant, en France, personne ne s’y met, alors que c’est plutôt une occasion en or de se positionner en tête d’un nouveau mouvement.

Nous avons situé la cause du retard de Twitter en France autour du fait que ce média est encore bien anarchique, et donc dangereux au niveau du contrôle de l’information. La loi de la masse sur Twitter a été exemplifiée lors de l’éjection du service de Fréderic Lefebvre par les utilisateurs du réseau. Cet acte de vandalisme pousse probablement une bonne partie des personnalités en France à contourner Twitter afin d’éviter des problématiques de communication supplémentaires.

Du coup, aujourd’hui, Twitter en France est toujours un petit réseau social composé majoritairement de blogueurs, journalistes et marketers. Sans réel essor du service, les quelques développeurs français créateurs d’applis Twitter ne s’intéressent pas à faire du « Made for France« . Du coup, on manque de cerveaux Twitter en France. Sans expertise, les agences de communication n’arrivent pas à exploiter ce nouvel outil. Et lorsqu’une entreprise se lance agressivement dans l’aventure, c’est un désastre

{ 1 comment… read it below or add one }

1 Arnaud Meunier 02.12.10 at 15 h 01 min

Salut Xavier ! Et merci pour l’article :)

Pour revenir à la question de Twitter en France… Si on laisse de côté le « moteur people » comme facteur indéniable de la croissance Twitter, je pense également que d’une façon plus générale, c’est la question de l’utilité qui fait défaut. Qui a besoin de promouvoir un produit, d’identifier des leaders d’opinion ou de faire de la veille marketing ? Qui mène une vie qui passionne les foules ? Qui a accès à des exclusivités ? Très peu de particuliers, si on laisse de côté les people, les politiques, les marketers ou les médias.

Au final, le particulier fraichement inscris ne trouve bien souvent pas un réel intérêt à utiliser Twitter, si ce n’est pour suivre ces types de comptes. On a tous entendu dans notre entourage ce fameux « à quoi ça sert Twitter ? » Et en toute honnêteté, quel réel intérêt peut-on trouver à Twitter lorsqu’il est réduit à un agrégateur de flux ?

Le fait est qu’en France, j’ai l’impression de voir beaucoup trop de « comptes robot » se résumant à relayer des communiqués de presse ou autres articles promotionnels sous la forme « Titre + Lien ». Minimisation de la prise de risque (risque qui ne me semble pourtant pas plus élevé qu’ailleurs) ? Problème de méthode ? Très probablement.

A mon sens, les business Français cherchent souvent trop à se claquer sur le modèle e-publicitaire classique qu’ils connaissent et qu’ils maitrisent. Seulement voilà, pas de plateforme publicitaire ou « d’espace entreprise » sur Twitter. Et si ça se mettait en place, ça ne ressemblerait très probablement pas à ce qui se fait ailleurs (sur Facebook par exemple).

Il est essentiel de s’engager personnellement sur Twitter pour profiter de son énorme potentiel d’attention. Il faut y communiquer différemment, et ça ne se résume pas à amputer des messages promotionnels pour les faire rentrer dans 140 caractères ; ou pire encore, comme tu le mentionnais, à tomber dans le spam. Pourtant, de (bonnes) sources d’inspiration existent !

Aux Etats Unis, en plus des entreprises qui « micro-communiquent » réellement, on trouve également des services locaux : restaurants, alertes pour les transports, et même une partie du service public. Si le particulier n’a rien à dire au départ, il trouve déjà un réel intérêt à suivre ces nombreuses sources pour y contacter un service consommateur, découvrir le côté humain de sa marque favorite, trouver bons plans et promotions (pouvoir d’achat, quand tu nous tiens…), etc. Certains se mettent alors à partager (ReTweeter) ces « trouvailles », à participer aux discussions ou à apporter leur point de vue… A utiliser Twitter, tout simplement !

Mais on est quoi à présent… 1 million de Twitterers en France ? Une réelle implication dans le service ne devrait plus trop tarder… Tout du moins je l’espère, parce que oui, j’adorerai pouvoir faire du conseil aux entreprises sur Twitter en France ! Notamment car je reste convaincu que la présence efficace d’entreprises sur le réseau est un des facteurs clef de son adoption par le grand public.

Laisser un Commentaire

You can use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Previous post:

Next post: