Now Reading
J’ai mis Twitter au placard – Stratégie Social Media
0

J’ai mis Twitter au placard – Stratégie Social Media

by Xavier Vespa24 août 2010

Lorsque Hootsuite a annoncé ses offres premium, la blogosphère a bondi sur sa chaise: En soi, le fait d’introduire un modèle payant pour utiliser un service gratuit tel que Twitter est acceptable lorsque la valeur ajoutée est comparable à celle de Hootsuite. Oui mais voilà, tout a un prix, et tout le monde ne perçoit pas forcément la même valeur dans un produit. Pour préserver les fonctionnalités que j »exploite actuellement au sein de Hootsuite, je devrais bientôt payer 100 dollars par mois. Un peu fort de moutarde tout de même!

quitter hootsuite

L’opinion de cet utilisateur de Twitter (capturé sur Friendfeed) reflète celle de la blogosphère: Trop chère! Il faut trouver un équivalent gratuit. Bye bye Hootsuite, désolé pour l’infidélité, mais quand le bateau coule…

Je me suis alors mis en avant à la recherche d’une application Twitter qui me permettrait de:

  1. Poster un nombre illimité de flux RSS sur l’ensemble des comptes Twitter que je gère.
  2. Ajouter des membres aux projets.
  3. Profiter de la même flexibilité pour WordPress et Facebook.

C’est en résumant les principales options de Hootsuite que je me suis rendu compte que la tache ne serait pas si simple:

  1. Seesmic n’a pas de flux RSS, n’intègre pas de services de blogging, et n’a pas de fonction de collaboration.
  2. Tweetdeck a des fonctions de collaboration mais pas de flux RSS.
  3. Tweethopper ne fait que poster des flux RSS multi account, et le service est devenu payant (anciennement connu sous le nom très blackhat de Tweetbot).
  4. Twitterfeed ne fait que du flux RSS (et le site rame depuis toujours…).
  5. J’ai bien aimé l’intégration du client email au sein de Digsby, mais l’outil ne répondait pas à mon besoin.
  6. Je ne comprends pas pourquoi tout le monde mousse pour Cotweet, le service ne sert strictement à rien.
  7. Splitweet est multi-account et… c’est tout.
  8. Twinterface… Je ne me rappelle même plus à quoi il sert celui-là.

En d’autres termes, je n’avais pas le choix: Soit j’acceptais de payer Hootsuite pour la perfection de ses services, soit je compensais le manque en patchant 10 applications Twitter les unes à côté des autres. La deuxième option était hors de question, car il est impossible de manager plusieurs dizaines de comptes Twitter si il ne sont pas tous réunis au sein de la même interface. Cependant, je ne suis pas retourné non plus vers Hootsuite…

Non, finalement, j’ai préféré repenser toute ma stratégie d’optimisation Social Media plutôt que de dépenser 1 200 dollars par an sur une application Twitter, car cela me parait juste hors de prix. Au fait, Hootsuite m’a fait réalisé quelque chose sur le marché de Twitter: Nous ne sommes plus à l’époque du Twitter 1.0 où Scobleizer possède le plus de followers, où les applications Twitter, aussi simples soient-elles, viennent toutes ajouter une pincée de sel au nouveau réseau social. Non, nous sommes à l’époque d’un Twitter 2.0, riche de 100 milllions d’euros, propriétaire de ses applications mobile, et ayant intégré différents systèmes de recommandation au sein de son site Web. L’entreprise connait même des tensions avec sa communauté de développeurs première génération qui sent que Twitter veut reprendre la balle dans son camp.

Avec ses différentes acquisitions (summize, tweetie, mixer labs…) et son effort de développement, Twitter a significativement levé la barre d’entrée sur le marché des applications Twitter: Difficile aujourd’hui de lancer un bête moteur de recommandation de twittos, car Twitter le fait déjà (même Google le fait). Difficile aussi de lancer une app Twitter pour mobile quand on s’imagine que celle-ci n’intéressera pas les utilisateurs mobile tant qu’elle ne sera pas aussi performante que l’application Twitter elle-même. En d’autres termes, l’investissement de départ pour créer une application Twitter a dramatiquement augmenté depuis 2007. Le marché commence à se fermer, son accès devient limité, ce qui met en confiance les leaders qui commencent alors à facturer leurs utilisateurs.

Au fait, je l’ai bien senti: Chaque fois que je trouverai une bonne application Twitter pour gérer tous mes profils et leurs activités, il y aura alors fort à parier que celle-ci ne sera pas loin de lancer un plan premium.

Comme je le disais plus haut, ce n’est pas payer qui dérange (j’ai payé pour l’app Hootsuite sur Android), c’est le prix lui-même. D’ailleurs, une semaine après avoir lancé l’offre premium, Hootsuite a repoussé la date de lancement de ses forfaits premium en expliquant qu’elle avait entendu le cri muet d’une blogosphère choquée par de tels tarifs.

Ainsi donc, au lieu d’attendre de voir les tarifs que Hootsuite proposera en second ressort, j’ai juste décidé de ne plus compter sur Twitter comme élément central dans mes stratégies Social Media. Je l’ai relayé à un élément dans une chaîne, rien de plus. En d’autres termes, j’ai mis Twitter au placard. D’ailleurs, il semblerait que la question de l’utilité de Twitter va se poser de plus en plus.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
About The Author
Xavier Vespa